Sur la glace, pourtant des fois j’en ai apprécié le spectacle. L’élégance, les courbes.
En parlant de courbes, les miennes trop généreuses pour mon âge me firent avoir la grâce et l’agilité d’un éléphant, ce qui fait, en dehors du froid qui me gelait, que je fus une piètre patineuse; plus souvent sur le cul que sur ses patins.
Patiner dans la choucroute? Ah la belle expérience que ces années passées du coté de Troyes, vers l’est, là où on cultive des choux que l’on transforme en choucroute. Brienne le Château, son château, ses souvenirs de Napoleon qui y aurait dormi (z’ont bien dû laver les draps depuis le temps nan?) et sa fête de la choucroute. Tout un poème, trop long a raconter ce soir. Une de mes vies comme je dis.
Définitivement pas douée pour le patinage.
En relativement bonne mauvaise perdante me vla reconvertie dans le « questionnement » .
Pas spécialement mieux. Y’en a qui prennent mots croisés, scrabble, tiens des chiffres et des lettres ou question pour un champion comme mon tonton et ma tantine, nan, moi j’ai choisi questionnement.
Ah le beau sport cérébral que voili. Vaste étendue, y’a de quoi et du chemin.
Quand j’m’y mets j’excelle . Comme par exemple je ne comprendrai jamais qu’avec les heures d’ensoleillement, les histoires de pétrole, énergies etc, et depuis les lustres qu’ils existent, pourquoi les panneaux solaires n’ont-il pas encore envahi l’Afrique.
En voila un beau questionnement !!
Y’a juste un truc qui commence a me chagriner légèrement, comme l’incompréhension la plus totale.
Plus je capte et de moins en moins je comprend. Surtout évidemment en ce qui concerne le comportement du genre humain, mes chers congénères.
D’autres fois j’arrive a une telle compréhension et claire vision de la chose que l’impuissance où je me trouve de la changer ou contrôler est d’une violence a s’en faire péter les neurones.
Le pire étant que ce n’est pas pour moi qui souffre, n’étant qu’humaine, mais pour ce demain et ces générations de bébés , et cette nature, et ces ordures qui s’accumulent, et ces gens qui se tapent sur la gueule sans arrêt, et ce si beau campement de Gandiol que la mer vient définivement d’engloutir, élargissant ainsi l’embouchure du fleuve et créant des dégâts considérables sur toute la rive en plus. Les cultures sont foutues, l’eau salée a tout envahi. Tout ça parce qu’ils y a quelques années un malin a cru bon de faire une toute petit brèche entre mer et fleuve, soit disant pour soulager le fleuve en cas de crue.
Y’a de quoi s’y vautrer dans le sport du questionnement !!!!!!!!! Pas le temps de m’ennuyer.
Mes mains elles, commencent a s’ennuyer. Faire pousser 4 pieds de tomates et regarder chaque matin la fleur de ma plante verte ça commence a sérieusement leur donner des fourmillements. Sais pas. J’ai bien fait un chti mobile avec des coquillages de Gandiol mais ça n’a fait que me mettre en appétit !!